Mes anciennes habitudes alimentaires

Dans cette vidéo pendant mes vacances dans les Landes, je partage avec vous mon témoignage sur mes anciennes habitudes alimentaires avant de passer à l’alimentation vivante.

Je vous livre mon ressenti au fur à mesure de la vidéo et si ça manque un peu de structure je m’excuse d’avance… 😉

Découvrez ci-dessous la transcription de la vidéo en texte:

Hello,

Alors en direct depuis les Landes je vous fais cette petite vidéo pendant mes vacances, ça fait une petite dizaine de jours que je suis là.

Aujourd’hui on est mercredi et je rentre samedi à Genève.

Donc pendant ces deux dernières semaines, je suis vraiment désolé si j’ai mis un peu de temps à répondre à vos messages ou à vos commentaires.

Je suis dans un camping et il faut dire que ma connexion internet n’est vraiment pas terrible, je mets une demi-heure juste pour consulter mes emails, j’essaie de faire le maximum mais je ne peux pas faire plus.

Donc j’espère que vous ne m’en voulez pas et dès samedi je suis de retour à la maison et du coup je serai plus réactif à vos questions et à vos commentaires.

Aujourd’hui j’ai décidé de faire cette petite vidéo parce qu’en fait il y a Geoffrey qui voulait savoir quelles étaient mes anciennes habitudes, connaître un peu mon passé alimentaire donc je vais essayer de faire ce petit témoignage avec vous et pour vous expliquer un peu comment je suis arrivé là.

J’en parle un petit peu sur la page à propos de mon blog mais je vais vous donner plus de détails aujourd’hui, peut-être que ça va vous donner envie, vous aider ou vous réconforter dans le processus de changement d’alimentation et pour faire une transition alimentaire qui soit plus facile et pour que vous puissiez vivre ça avec plaisir.

Le but c’est vraiment que tout ça se fasse dans le plaisir, dans la joie, dans la bonne humeur et avec plein d’énergie.

Donc en fait, je n’ai pas toujours été crudivore, que ce soit clair !

Étant petit, je faisais du rachitisme donc j’ai eu des soucis avec le développement de mon ossature au niveau des côtes, j’avais les côtes qui ne se sont pas très bien développées mais aujourd’hui ça ne m’empêche pas de faire du sport, ça ne m’empêche pas de faire tout ce que j’ai envie de faire donc il n’y a aucun souci à ce niveau-là.

Par contre, c’est vrai que le médecin venait souvent à la maison, puis maman ne savait pas trop comment gérer ça, comment faire en sorte que je sois mieux.

Et un jour, en allant voir un docteur que vous connaissez peut-être, elle s’appelle la docteur C. Kousmine, c’est elle qui s’est occupée de moi et c’est elle qui a fait en sorte que tout aille pour le mieux.

Voilà, c’était juste une petite intro pour vous dire qu’étant petit je n’ai pas toujours pété la forme.

Ensuite la docteur C. Kousmine a conseillé à maman d’arrêter les produits laitiers et de me faire des lavements.

C’est quelque chose que ma mère ne connaissait pas vraiment, puis elle a mis tout ça en pratique.

Donc j’ai eu toute une série de lavements, je n’ai d’ailleurs pas de super souvenirs de ces moments-là mais c’est vrai qu’après je me suis senti dix fois mieux, ça m’a complètement propulsé vers une enfance joyeuse et active.

C’est vrai que quand j’étais petit j’ai toujours beaucoup aimé le lait, c’était la première chose que je faisais en me levant le matin et ça je m’en rappelle encore : c’était à la cuisine, j’ouvrais le frigo je prenais le litre de lait et des fois je le buvais en entier, j’étais vraiment complètement accro au lait.

Je n’étais pas vraiment un addict des yaourts, des fromages, je ne l’ai jamais vraiment été ; par contre le lait, juste boire du lait nature, j’en buvais des litres et des litres.

Donc quand on sait ce que font les produits laitiers sur l’organisme je peux vous dire que ça n’a pas dû me faire que du bien.

Et la deuxième chose qui n’était pas vraiment terrible, c’est que j’ai aussi toujours été un accro du pain.

Donc le pain, pour moi, jusqu’à il y a une année passée encore, juste avant que je commence à devenir crudivore, c’était ma vie ; je me levais le matin, je déjeunai avec une bonne baguette de pain des tartines, confiture et beurre, la totale et c’est vrai que tout à coup j’apprends que le pain n’est pas bon et il faut que je fasse attention à ça.

C’était comme me mettre une grande claque parce que c’était vraiment toucher un point sensible en moi, quelque chose que j’adore, quelque chose qui me fait mal ; ça a toujours été un grand plaisir pour moi de manger du pain et j’étais assez triste d’apprendre que le pain n’est pas terrible, que c’est plus de la colle pour les intestins, surtout ces pains industriels, c’est ceux que je préférais, la petite baguette toute fraîche toute chaude.

Donc le pain, les produits laitiers, c’est quelque chose que j’ai toujours mangé énormément.

Donc avant, je mangeais avec mes parents, j’habitais chez eux et il y a eu une période où on était macrobiotique – je ne pourrai pas vous dire exactement en quoi ça consiste, j’étais petit et je n’ai que de vagues souvenirs si ce n’est les déjeuners où on se faisait de bons bols de céréales, je ne sais plus comment on appelle ça maintenant, (le bircher) ce n’est pas la crème  budwig… enfin voilà, on a toujours eu cette habitude de bien manger, de beaucoup manger le matin, céréales, produits laitiers, pains, enfin tout ce qu’il ne faut pas.

Avant, je mangeais très peu de fruits, de temps en temps une banane, une orange mais ce n’était pas quelque chose qui me faisait rêver.

Au niveau des légumes, j’en mangeais : je mangeais de la salade, j’ai toujours aimé la salade depuis tout petit, par contre avec les sauces blanches, avec des œufs, avec des lardons, avec tout ce qu’on peut imaginer ; c’était à peu près la seule verdure que je mangeais cru.

Je me souviens aussi qu’on avait une centrifugeuse et ma maman nous faisait souvent du jus de pomme-carotte et j’aimais beaucoup ça, je pense que c’est une des choses qui nous a fait beaucoup de bien.

Autrement je mangeais vraiment de tout : j’ai mangé de la viande depuis tout petit, depuis toujours.

En Espagne il y avait toujours ces pattes de jambon où qu’on aille, que ce soit au resto, chez le cousin, chez la grand-mère, enfin n’importe où ; ces pattes, ça fait vraiment partie des meubles et en bon espagnol qui se respecte je pense qu’il a sa patte de jambon à la maison donc j’ai toujours grandi avec ça, toujours mangé de la viande, des grillades.

Enfin voilà, je mangeais vraiment de tout.

Je n’ai jamais été un grand fan de légumes pourtant ma maman en cuisinait tous les jours, donc on avait aussi cette chance d’avoir des repas différents tous les jours.

C’était tout le temps des repas cuits mais maintenant je sais que ma maman a toujours fait ça en pensant faire le mieux qu’elle pensait pour nous, elle n’était pas au courant, elle ne connaissait pas alors qu’elle était infirmière.

Elle a aussi toujours été contre les vaccins, contre les médicaments donc je me suis toujours soigné au chlorure de magnésium, c’est un petit peu comme le Nigari pour ceux qui connaissent et ça s’achète en pharmacie, c’est des petits sachets chlorure de magnésium qu’il faut diluer dans 1l d’eau, que ce soit pour une angine, un mal de tête, une fièvre, n’importe quoi, vous pouvez même désinfecter une blessure ouverte avec le chlorure, faire des compresses, c’est vraiment le truc qui sert pour tout, c’était donc le seul médicament qu’on avait à la maison.

Je me rappelle que ma maman devait même me donner 50centimes pour que je boive mon chlorure le matin avant d’aller à l’école.

Donc voilà, je pense que ça nous a fait un grand bien à ma sœur et à moi.

Sinon au niveau de l’alimentation on mangeait de tout sans limite, sans limite dans le sens où il n’y avait rien d’interdit, il n’y avait rien de mauvais si ce n’est qu’on n’avait pas de bonbons, on n’avait pas trop de biscuits, trop de chocolats, toutes ces sucreries, ma maman n’était jamais pour ce genre de chose alors qu’on n’arrêtait pas d’en demander.

On cherchait, on fouillait tous les placards pour voir ce qu’il y avait mais c’était rare à la maison, je pense que ce n’est pas un mal en fait même si on en voulait.

Mais au fil du temps, ça peut nous faire que du bien donc MERCI MAMAN. 😉

Après, vers l’âge de 15ans, pour des raisons personnelles, j’ai décidé d’arrêter de manger de la viande, je ne mangeais plus aucune viande rouge, je mangeais encore du poulet, du poisson mais tout ce qui est viande rouge j’ai supprimé pendant une dizaine d’année à peu près.

Mais suite à un voyage en Asie – j’ai passé 9 mois en Inde – je suis tombé malade en buvant de l’eau dans une rivière, c’était censé être une source.

J’ai bu de l’eau, je suis tombé malade, j’ai attrapé des sortes d’amibes et j’ai commencé à perdre du poids, à vomir, à être vraiment pas bien et en l’espace de deux à trois semaines, je suis descendu à 49kg.

Alors je me suis dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas, que j’ai un problème, qu’est-ce que j’ai ?

J’ai su en fait ce que j’avais donc j’ai pris l’antibiotique pour soigner ça, puis je me suis vite remis sur pied et c’est en reprenant des forces que j’en ai ressenti le besoin, mais vraiment je me suis dit: il faut que je mange de la viande.

Ça faisait 10ans que je ne mangeais pas de viande et là je me suis dit qu’il faut que j’en mange, je ne sais pas, c’est comme si mon corps me demandait de manger de la viande.

J’étais au Népal à ce moment-là, je suis allé dans un restaurant pour touriste et j’ai mangé 700g de viande ce jour-là.

Je m’en rappellerai toute ma vie, parce que même le serveur il n’en revenait pas ; c’était en fait le plat le plus gros qu’il y avait sur la carte, c’est-à-dire un steak de 350g avec les accompagnements et je n’ai mangé que le steak, j’ai redemandé une deuxième assiette et je me suis envoyé 700g de viande !

Est-ce que ça m’a fait du bien ou pas, je ne sais pas, à ce moment en tout cas oui.

Depuis j’ai recommencé à manger de la viande, je devais avoir 25ans et là j’en ai 37 donc depuis l’âge de 25ans j’ai recommencé à manger un peu de tout et n’importe quoi : donc produits laitiers, animaux, céréales, pain, enfin voilà tout ce qu’il ne faut pas.

C’était, je crois, le 1er janvier 2013 – après avoir vu plusieurs reportages sur l’huile de palme et en voyant les destructions des forêts qu’ils faisaient en Indonésie, au Costa Rica, enfin un tout petit peu partout, juste pour les remplacer par des palmiers pour faire de l’huile.  

Ça m’a vraiment touché, surtout de voir qu’ils tuent en fait les orangs-outans, les singes, enfin tout ce qui vit dans ces forêts, ils remplacent par les palmiers et après il n’y a plus aucune vie, tout est détruit et tout ça pour faire de l’huile de palme qui n’est même pas bon pour la santé.

En fait c’est une huile, je pense qu’en mangeant de l’huile de moteur ça serait pareil, est-ce que c’est vrai ou pas, en tout cas j’ai lu et entendu plusieurs fois que c’est une huile que le corps n’arrive pas à éliminer.  

Je me suis dit qu’il y avait un problème, on est en train de nous prendre pour des cons – excusez-moi du terme mais c’est vraiment ce que je pensais.

J’ai commencé à regarder les étiquettes et je me suis dit « wow c’est hallucinant, il y a de l’huile de palme partout », donc si ce n’est pas marqué « huile de palme », c’est marqué « graisse végétale », si ce n’est pas marqué entre parenthèse « colza tournesol » ou je ne sais quoi, c’est de l’huile de palme c’est sûr.

Depuis début 2013 j’ai dit stop je ne mange plus rien avec de l’huile de palme et je n’achète plus aucun produit, je ne veux plus cautionner ça.

Et voilà, c’est comme ça que tout a commencé !

Je peux vous dire que ça supprime déjà une énorme quantité de produits et aujourd’hui je me dis que c’était une bonne décision parce qu’en fait j’ai commencé par ça et ça m’a fait éliminer quasiment tout ce qui est transformé.

Parce que l’huile de palme on en trouve dans tout ce qui est gâteaux, biscuits, les pizzas, en fin de compte tout ce qui est déjà préparé, tout ce que vous pouvez soit mettre au four, soit ouvrir et manger tout de suite, vous pouvez quasiment être certains que dedans il y a de l’huile de palme, il y en a dans les viennoiseries, il y en a vraiment dans tout, tout, tout.

Donc je pense que c’était une sage décision de ma part et aujourd’hui j’en suis super content et je suis fier d’avoir commencé par ça et de ne plus cautionner ces saloperies, avec tout le mal que ça fait, ça va au-delà de la santé.

Bien sûr c’est important et je fais attention à ma santé mais c’est plus fort que ça en fait, c’est vraiment tout le mal que ça cause, tout le mal que ça fait et la souffrance pour les animaux, c’est surtout ça qui me dérangeait plus qu’autre chose.

Donc voilà, j’ai commencé comme ça.

Puis une année est passée et une année après, début 2014, cette fois j’ai pris une seconde décision : c’était d’arrêter de manger de la viande (viande, poulet, viande rouge, tout ce qui est viande).

C’était aussi après avoir vu plusieurs reportages qui m’ont fait réfléchir, ça m’a fait prendre conscience sur plein de choses.

Puis il y a eu un moment où si on n’est pas d’accord avec ce qu’on voit et qu’on n’accepte pas les choses, il ne faut pas se voiler la face, faire comme si de rien n’était et manger de la viande parce que c’est bon.

Je ne vais pas dire que la viande c’est pas bon, j’en ai encore le souvenir, j’ai toujours eu du plaisir à manger un hamburger ou à manger toutes ces saloperies mais c’est vrai que de nouveau c’est plus une question d’éthique je pense, et une question d’être en accord avec ma façon de penser qui m’a fait arrêter tout ça, voilà.

Il y a un moment où si je ne suis pas d’accord avec ça, je ne veux pas marcher dans le même sens que tout le monde et je n’accepte pas de manger ce qu’on me donne sans réfléchir et de dire après que je ne veux pas voir ce qui se passe dans les abattoirs, je sais mais non.

J’aime bien être honnête avec moi-même, donc j’ai pris cette décision, je m’y suis tenu et au courant 2014, c’était l’année passée, j’étais aussi ici pendant le mois d’août et ah oui..c’était au mois d’avril de l’année passée, j’ai aussi décidé d’arrêter de manger du poisson.

Donc là, je disais je ne mange plus tout ce qui a des yeux.

Par contre je prenais encore des crevettes ou ce genre de choses mais après je me suis dit que maintenant j’arrête aussi le poisson, plus rien qui vient de la mer, plus d’animaux en fait.

Donc, en gros je suis devenu végétarien.

J’ai continué à cuisiner, à manger des aliments cuits ; par contre je ne mangeais que des légumes, des céréales ; je mangeais encore des produits laitiers.

À force de voir des reportages j’ai commencé à prendre un petit peu conscience de tout ça.

Et ce qui a fait surtout le déclic c’est que l’année passée pendant mes vacances ici à Vieux Boucau, j’ai rencontré une personne avec qui j’ai longuement discuté plusieurs fois et puis il y a eu vraiment un feeling qui est passé tout de suite et au fil de la discussion cette personne m’a dit qu’elle était crudivore.

C’est un terme déjà que je ne connaissais pas – du coup elle m’a dit « bah je mange des fruits et des légumes et je bois des jus, enfin tout ce qui est naturel et pas transformé ».

Je m’en rappelle encore comme si c’était hier, wow ce mec il est complètement taré, non pas complètement taré mais je me disais qu’il est vraiment dans une autre dimension ; je m’imaginais à sa place et je me disais que ce n’est pas possible, je ne peux pas manger que des fruits et des légumes.

Donc même moi en fait, si on m’avait posé la question il y a une année jour pour jour quasiment, je vous aurai dit « non crudivore moi ? Jamais de la vie ce n’est pas possible ! »

Mais je me suis tellement entendu avec cette personne, on a beaucoup discuté et juste avant de rentrer à Genève je lui ai dit « écoute si t’avais un conseil à me donner, une chose qu’il faudrait que je change dans mon alimentation pour améliorer, quel serait ton conseil ? »

Et sans réfléchir il m’a dit « écoute j’en aurai pleins à te donner des conseils mais vraiment si t’en veux qu’un c’est achètes-toi un extracteur de jus et bois des jus. »

Ce n’était pas un petit investissement parce que ça coûte 400-440€ plus ou moins, mais bon je me suis dit ok je vais faire ça, je vais faire le test.

Je n’étais vraiment pas motivé à ne manger que des fruits et des légumes par contre m’acheter un extracteur et faire des jus, je me suis dit que ça peut être super cool ; en plus l’avantage par rapport à une centrifugeuse c’est qu’on peut vraiment y mettre tout ce qui est feuille verte, faire des jus de légumes avec une centrifugeuse, c’est vraiment compliqué et en plus avec un extracteur de jus on peut faire d’autres recettes.

Mais sur le moment c’était vraiment dans le but de faire des jus.

Et je me rappelle encore, je suis rentré à Genève, il devait me rester 480francs sur mon compte et j’ai dit « tant pis je prends l’argent, je m’achète un extracteur et avec les 40francs qui me restent je vais m’acheter des légumes, je me fais des jus et puis on verra ».

Et tout a commencé comme ça.

Donc j’ai acheté la machine je me suis fait mes premiers jus.

Mon premier jus, je pense que c’était carotte-pomme-gingembre, enfin un petit peu ce que je faisais quand j’étais petit à la maison avec mes parents.

Du coup je me faisais 1l de jus tous les jours en plus de manger ma cuisine végétarienne comme d’habitude et il n’a pas fallu plus de 2 ou 3 jours pour que je commence à me dire « wow mais je ne sais pas ce qui m’arrive mais je suis en train de sentir des choses qui se passent en moi », enfin je ne sais pas j’ai plus d’énergie, je commençais à dormir un petit peu moins et à me réveiller en meilleur forme, à avoir un sommeil beaucoup plus réparateur, du coup je me suis dit que cette histoire est vraiment hallucinante !

Qu’est-ce qui se passerait en fait si du coup en plus des jus, je mangerai aussi plus de fruits, plus d’aliments cru ?

Et je me suis dit pareil «allez, je fais le test» ; et de toute façon pour pouvoir dire c’est bien ou ce n’est pas bien, il faut essayer sinon on ne peut pas savoir.

C’est bien d’avoir son propre avis alors je me suis dit «allez, je me fais un petit test»

Pendant un petit moment je ne mange plus rien de cuisiné, je ne mange plus rien de chaud et je vais manger des salades, des crudités.

Je ne vous cache pas que pendant les 2-3 premières semaines, toujours avec ma bouteille de jus et j’avais dans mon sac des carottes ou des pommes, des mandarines, enfin je prenais un petit peu tout ce que je pouvais manger sur le pouce comme ça, j’ai vraiment senti une transformation qui s’est faite en moi.

Un truc de fou, et je me suis dit qu’en fait tout ce qu’il me disait était vrai ; et c’est hallucinant à quel point on se rend compte quand on est complètement pollué par la Junk Food, à quel point on croit qu’on est bien mais en fait on est à 50% de ce qu’on pourrait être.

Juste pour faire une petite parenthèse : je suis en vacances ici avec mon fils et un copain à lui, ils ont tous les deux 15ans, deux sportifs, ils sont en pleine forme, ils sont pleins d’énergie, et en fait ils n’arrivent pas à me suivre.

Je me couche deux fois plus tard qu’eux, je me lève 3h avant, je dois les réveiller pendant 1h et demi, après je dois les traîner dans l’eau, enfin ils sont motivés pour venir surfer mais ce que je dis c’est qu’ils ne tiennent pas le rythme, ils n’arrivent pas à suivre.

Je me disais je vais passer deux semaines avec des jeunes, ça va me booster, mais en fait c’est moi qui suis en train de les booster.

Donc tout ça pour dire qu’en mangeant des crudités il y a vraiment une énergie, une vitalité, une régénération qui se fait et je vous garantis, mais vraiment à 4000%, que si vous voulez ressentir ça, faites le test ; trois semaines dans une vie, ça suffit pour faire une cure, pour déjà ressentir d’énormes changements et trois semaines dans une vie c’est rien du tout.

Si vous n’arrivez pas à vous passer d’une mauvaise alimentation pendant trois semaines, je pense qu’il y a un problème.

Il y a un moment où il faut se dire moi j’ai envie d’être mieux, d’être plus en forme, donc j’ai entendu parler de ça c’est vrai, ce n’est pas vrai j’en sais rien, je teste et puis comme ça j’aurai mon propre avis et je pourrai vraiment dire ce que ça fait sur moi.

Mais personnellement c’était le jour et la nuit, et oui il y a cet instinct qui est revenu aussi, ça c’est vraiment un truc de fou, au bout de 3 semaines il y a vraiment l’instinct de sentir les choses, de se dire « ah j’ai envie de ça ».

Par exemple avant j’étais incapable de manger un avocat, ou des dattes ou des figues, il fallait vraiment mettre une sauce qui cache tout pour que je puisse manger ça, j’avais horreur des dattes, les avocats je trouvais… ah c’était quand même… je n’arrivais pas, c’était vraiment… j’aimais pas du tout le goût et ça m’écœurait énormément ; et puis les figues, ne m’en parle pas !

Et tout d’un coup un jour, je ne sais pas pourquoi, je m’en rappelle, je me suis dit « tiens j’ai une envie de dattes » et en me disant ça dans ma tête je me suis dit « mais comment t’as envie de dattes si tu n’aimes pas les dattes.

Tu ne vas pas manger de dattes, tu n’aimes pas les dattes ».

Donc du coup je me suis dit « écoute si t’as envie de dattes achète des dattes et on verra bien si tu n’aimes pas tu les donneras à quelqu’un et au pire il y aura bien quelqu’un qui les mangera ».

Et en fait j’en ai mangé une et j’ai trouvé ça délicieux et depuis je n’arrête pas de manger des dattes et j’adore les dattes, enfin j’en mange alors qu’avant je n’en mangeais pas ; j’adore les figues aussi, je peux manger un avocat comme ça, je trouve ça délicieux.

Donc il y a vraiment des choses qui se sont passées à l’intérieur de moi et ce qui est marrant c’est que ce n’est pas moi qui me suis dit « ah tiens maintenant que je ne mange plus de viande, plus de produits laitiers, plus de céréales il faut que j’aille chercher des protéines par ici ou par là » ou je ne sais pas quoi, c’est vraiment quelque chose que je ressentais à l’intérieur de moi.

Donc voilà je me laissais simplement aller à mes émotions et d’être à l’écoute de moi-même et me dire que si j’ai envie de ça je prends ça ; et petit à petit je me suis rendu compte que le temps passait et que je n’avais toujours rien mangé de cuit mais surtout que j’en n’avais pas envie.

En gros c’est comme ça que je suis devenu crudivore et ça fait maintenant une année que je suis crudivore à 100%.

Et le pain… Je vais quand même vous parler du pain parce que c’est vrai que ça a vraiment été pour moi, je pense, le plus dur de tout.

La viande aucun problème, les produits laitiers aucun problème, les céréales aucun problème, par contre le pain, la baguette en elle-même, j’ai eu, pendant cette année deux, trois fois, trop envie de pain et je me suis dit que ce n’est pas grave, que je suis crudivore depuis des mois, que je ne mange que des fruits et des légumes, pleins de choses et que si j’avais envie de pain, que j’en mange un peu et que je verrai bien ce que ça me fera.

Et les deux, trois fois où j’ai mangé du pain, c’est marrant parce que sur le moment, ce n’était pas le même plaisir, j’en mangeais parce que j’en avais envie mais il ne me procurait pas le même plaisir qu’à chaque fois que je mangeais du pain auparavant.

C’est surtout après en fait, j’avais vraiment l’impression d’avoir avalé un caillou et de le sentir descendre et de le sentir me gonfler le ventre et ça a duré deux, trois jours où je me sentais ballonné, pas bien et c’est là que j’ai commencé à prendre conscience de l’impact que les aliments ont sur notre organisme.

Je me suis dit que c’est quand même hallucinant parce que d’habitude on a tendance à ne rien sentir et puis on mange n’importe comment, mais je pense que les intestins ils sont tellement colmatés et il y a tout qui passe tout droit, c’est vraiment une des choses que j’ai remarquée ; et aujourd’hui je n’ai plus envie parce que quand tout à coup je sens l’odeur du pain qui te fait dire «hum ça se bon», je repense au fait, enfin ce n’est même pas que je repense mais systématiquement mais j’ai ces souvenirs de mal être et de ballonnement que j’ai eu après avoir mangé ce pain, et en fait ça m’enlève l’envie de pain.

Je pense que vous êtes au courant que le pain comme les pâtes sont des choses que vous mangez et une demi-heure après c’est du sucre dans votre organisme.

Je n’ai jamais été quelqu’un de très sucre donc tout ce qui est bonbons, pâtisseries et compagnies, j’ai toujours dit : moi le sucre je n’aime pas, ça m’écœure… par contre j’étais complètement accro au sucre avec le pain sans m’en rendre compte.

Et aujourd’hui je remarque que quand j’ai une envie de pain il me suffit de manger une datte mais vraiment je croque dans une datte, même pas en entière, juste un morceau, du coup l’envie de pain elle part instinctivement, enfin tout de suite et c’est là en fait que je me suis dit que ce n’est pas de pain que j’ai envie mais de sucre.

Donc quand j’ai ma tête qui me dit hey un petit bout de pain, en fait je fais le rapprochement, et je me dis non ce n’est pas du pain que tu veux c’est ton corps qui demande du sucre et du coup je mange une datte ou une figue et l’envie elle passe tout de suite pourtant ça n’a pas du tout le même goût, ça n’a pas du tout la même texture par contre l’information qui arrive dans la tête, elle est comblée par la datte et du coup je ne ressens plus aucune manque. C’est vraiment génial 😉

Après je voulais dire aussi l’année passée quand j’ai commencé à faire ce test d’être crudivore pendant quelques temps, je me suis dit c’est cool, ça m’intéresse et puis je sens pleins de changements en moi au niveau de l’énergie ou de la vitalité, au niveau de l’humeur, au niveau de la mémoire, au niveau de la concentration, à tous les niveaux.

C’est vraiment une métamorphose complète mais ça devait faire trois semaines ou un mois, peut-être un peu plus et j’ai commencé à me dire que j’adore manger comme ça mais si tous les jours je dois manger des carottes, des pommes et des mandarines, des bananes et compagnie, il y a un moment où je crois que je vais craquer et puis je vais tomber sur ce qui me passe sous la main ; et en fait je me suis dit que ce qui me manque en fait c’est des connaissances dans cette alimentation.

C’est pour ça que j’ai pris la décision de m’inscrire à un stage et de découvrir simplement l’alimentation vivante avec quelqu’un qui connaissait bien et j’ai fait donc ce stage l’année passée avec Carole Dougoud de l’Institut Haute Vitalité.

Si jamais vous avez l’occasion de participer à une de ses formations ou à un de ses stages, je vous les conseille vraiment, c’est vraiment une personne géniale, vous apprenez vraiment plein de choses avec elle, elle est super sympa.

J’ai fait, l’année passée, trois jours avec elle et puis cette année j’ai fait un peu plus d’une semaine donc voilà je vais en faire d’autres je pense que dans ces petites formations où on apprend plein de choses, on fait un petit peu le tour de tout ce qui se fait dans l’alimentation vivante et puis on a un peu une vue d’ensemble sur tout ce qu’on peut faire.

Par exemple toutes ces recettes que je vous propose ces derniers temps, que ce soit les yaourts, que ce soit les cheese-cakes, que ce soit des fauxmages, enfin c’est toutes des choses que jamais j’aurai imaginé il y a une année que c’était possible.

J’ai découvert le crudivorisme comme ça du jour au lendemain et pour moi c’était des fruits et des légumes crus comme on les trouve, alors qu’en fait on peut préparer tout un tas de choses, il y a la déshydratation, il y a la lacto-fermentation.

Après il y a toutes les recettes qu’on peut faire à base de noix de cajou, à base d’amandes, les possibilités de recette sont vraiment infinies et c’est surtout une question d’imagination, je me rends compte que c’est vraiment une cuisine qui fonctionne à l’instinct.

Après il faut apprendre à s’organiser un petit peu à l’avance pour certaines recettes mais sinon c’est vraiment quelque chose qui marche à l’instinct.

Je regarde un peu ce que j’ai dans le frigo, je me fais une salade et tous les jours ma salade sera différente, même la sauce est rarement pareille.

S’il me manque un ingrédient je le remplace par un autre, il n’y a pas de souci, je n’ai pas l’impression qu’on pouvait faire ça avec la cuisine traditionnelle, après moi je n’ai jamais été un grand cuisinier.

Donc je faisais deux, trois plats que ma maman m’avait appris que j’aimais bien comme le gratin de patates ou des petites choses comme ça mais j’étais assez limité en fait et c’est vrai que je mangeais beaucoup de cochonneries ou pizza, beaucoup de choses prêtes et du coup j’avais un peu cette sensation de ne pas savoir comment me débrouiller.

Enfin je n’étais pas très bon cuisinier…

Et avec l’alimentation vivante j’ai tout le temps de nouvelles idées, il y a plein de choses qui se passent, je me dis tiens je pourrai mettre avec ça, si je mélange ça avec ça,…

Enfin j’ai une créativité qui s’est développé en moi, au niveau de l’alimentation, que je n’avais pas avant et je pense qu’avec cet instinct qui revient c’est le corps qui parle.

Donc aujourd’hui je me sens 10 fois mieux, j’ai perdu un peu de poids par rapport à l’année passée mais parce que je ne fais plus beaucoup de grimpe non plus, parce que je m’occupe énormément de mon blog, je vais me remettre à grimper d’ici le mois d’octobre je pense.

Là j’ai quitté mon travail pour me consacrer uniquement au blog, à la grimpe et puis à mes passions.

Est-ce que je vais y arriver, je ne sais pas, on va voir.

Je donne des cours de grimpe aussi, ça m’aide bien.

J’ai quand même un petit revenu mais c’est vrai que j’ai vraiment envie de prendre le temps de plus m’occuper de moi ; et l’alimentation vivante demande ça.

En fait on se rend compte que pour être en bonne santé, pour bien manger, pour bien se reposer et tout ça, ce n’est pas en relation avec le système qu’on connait aujourd’hui, un système qui nous demande de travailler 8h par jour, de partir tôt le matin, de rentrer tard le soir, ce n’est plus pour moi tout ça.

Je me donne une année, on va voir, sinon je reviendrai en arrière mais bon j’ai complètement confiance, je sais que ça va marcher et on va voir.

Puis l’idée c’est vraiment de bien prendre soin de moi et de partager un maximum de recettes avec vous parce que j’aimerai que vous puissiez ressentir tout le bien que ça me fait en moi, j’aimerai pouvoir vous le faire ressentir.

Je trouverai égoïste de ma part de vivre cette expérience tout seul et de ne pas la partager parce que c’est quelque chose qui fait du bien à tout le monde, que vous soyez petits, moyens, grands, vieux, jaunes, noirs, gris, blancs, enfin c’est vraiment bon pour tout le monde.

L’alimentation vivante c’est une alimentation qui est physiologique, qui est naturelle et quand on y réfléchit c’est logique, on n’est pas fait pour manger tout ce qu’on nous prépare et tout ce qu’on a transformé, tout ce qu’on voit, on est quand même la seule espèce vivante sur terre à manger nos aliments cuits donc il y a peut-être des questions à se poser, je ne sais pas.

En tout cas, pour moi aujourd’hui, c’est clair que penser à revenir en arrière c’est inimaginable, c’est hors de question, je n’en ai pas envie, j’en ressens aucune envie.

C’est vraiment pour moi un grand plaisir d’être crudivore aujourd’hui, d’avoir découvert cette alimentation et chaque jour j’apprends plein de choses.  

J’ai mangé de la viande rouge pendant 10 ans mais ce n’est pas en une année d’alimentation vivante que je vais régénérer mon corps à 100% ; donc il y a encore du boulot, il y a encore des choses à faire, il y a encore pleins de choses, que j’ai envie de tester et voilà !

Que dire de plus ?

Je ne sais pas trop, en fait la seule chose c’est que je vais continuer à partager un maximum de choses avec vous, à vous témoigner aussi mon ressenti et mon avancement au fur et à mesure.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas j’y répondrai vraiment avec plaisir, vous voyez là je réponds à Geoffrey qui m’a posé cette question, je m’étale un petit peu, je pars un petit peu dans tous les sens, donc je suis un peu désolé si ma vidéo n’est pas super structurée mais c’est moi, je suis comme ça.. 😉

J’improvise, du coup ce n’est pas préparé, je n’ai pas un prompteur derrière, je ne suis pas en train de lire un texte donc c’est vraiment de l’impro, puis je vous dis ce que je ressens sur le moment donc j’oublie peut-être des choses mais je pense que je vous ai dit l’essentiel et puis voilà,

Donc si aujourd’hui j’avais un conseil à donner à quelqu’un, ce serait le même qu’on m’a donné l’année passée, je sais c’est un petit investissement au départ mais franchement cet investissement, je vous garantis que vous allez le récupérer en factures de médecin, en médicaments, et en tout ce qui s’en suit.

Vous allez retrouver une meilleure santé, plus de vitalité, plus d’énergie, meilleure concentration, enfin tout, il y a tout qui revient.

Donc voilà si j’avais un conseil à vous donner aujourd’hui ce serait le même que j’avais eu l’année passée : c’est commencez par acheter un extracteur de jus.

C’est un investissement mais vous ne pouvez pas faire que du jus avec, vous pouvez faire pleins de recettes super intéressantes, super faciles en plus donc voilà ce ne sera pas perdu et puis de toute façon, qui n’aime pas les jus ?

Personne, tout le monde aime les jus, il faut juste trouver celui qui vous plaît plus qu’un autre.

Idéalement, je dirai même il faut surtout boire des jus de légumes, les fruits mangez-les mais il ne faut pas abuser des fruits, ce sont vraiment les jus de légumes qui sont remplis de vitamines, de nutriments, de protéines, de pleins de choses.

Je ne vais pas m’étaler sur les protéines mais j’ai créé un article aussi à ce sujet-là si vous voulez savoir un petit peu tout ce qu’on vous raconte sur les protéines animales, il y a pas mal de mensonges là derrière et du coup voilà, ne vous faites pas trop de soucis à propos des protéines parce qu’en mangeant une alimentation vivante, variée et végétale, donc comme dirait Christian Tal Schaller, la règle des 3 V  que j’adore, il ne peut rien vous manquer.

Après on parle aussi de cette vitamine B12, on dit que tous les gens qui mangent pas de viande feraient une carence de vitamine B12, personnellement je n’y crois pas.

Maintenant si c’est juste un végétarien qui se gave de pain et qui se gave de produits laitiers et qui ne mange pas de viande peut-être que lui aura des soucis parce qu’avec les produits laitiers, les céréales et tout ça il va avoir une colle dans ses intestins, ce qui va l’empêcher de bien assimiler les nutriments et de pouvoir produire cette vitamine B12.

L’organisme produit de la vitamine B12 en suffisance mais pour ça il faut déjà avoir les intestins qui soient en bonne santé donc c’est sûr que quelqu’un qui a les intestins en mauvais état peut faire une carence en vitamine B12.

Donc si vraiment c’est un souci pour vous, achetez un petit pot de vitamine B12, en tablette et prenez-en pendant un petit moment.

De toute façon moi je pars du principe que si vraiment on a quelque chose qui ne va pas, on le ressent, et puis voilà…

C’est vrai que chacun fait ce qu’il veut, mais moi j’ai tendance à beaucoup agir, réagir en fonction de mon ressenti, j’ai toujours mon avis personnel mais je prends tous les conseils.

J’écoute tout ce qu’on me dit mais quand je fais un choix, c’est vraiment quelque chose qui vient de l’intérieur et c’est quelque chose que je veux vraiment.

Je pense qu’au sujet de la vitamine B12, il ne faut pas être parano là-dessus et si vous voulez savoir, faites un petit check-up et puis comme ça vous serez au clair là-dessus.

Sinon en ayant une alimentation vivante, variée et végétale je vous garantis que vous ne manquerez d’absolument rien du tout, au contraire vous aurez tout ce qu’il faut et plus, tout sera beaucoup mieux assimilé et puis voilà, faites le test !

Je ne vais pas m’étaler de nouveau encore pendant des heures là-dessus mais la seule chose que je peux vous dire et que je peux vous conseiller c’est de faire un test de trois semaines, voilà.

Et si vous y croyez, et si vous vous dites « effectivement je veux aller vers une alimentation vivante, c’est quelque chose que je ressens au fond de moi », alors ça va se faire avec plaisir et pour vraiment faire une transition sans problème.

En tout cas, de mon côté, je l’ai vécu mais c’est en commençant par les jus.

Commencez par les jus, faites-vous des jus de légumes et ça va déclencher un processus dans votre corps et votre corps va vous lancer des messages, il va vous dire non ça je ne veux plus, non ça je ne veux plus non plus, donnes-moi ça, donnes-moi ça, donnes-moi ça et puis de jours en jours vous allez vous sentir… wow, un truc de fou !

C’était un petit peu long cette vidéo et j’espère Geoffrey que j’ai répondu à ta question, si j’ai oublié quelque chose ou qu’il y a d’autres choses que tu voudrais savoir, vous autres qui regardez la vidéo, n’hésitez pas à me poser la question dans les commentaires, je vous réponds avec grand plaisir.

Et voilà, je vous laisse avec cette vue magnifique…

Les vagues sont vraiment minuscules aujourd’hui mais je vais quand même aller un petit peu à l’eau histoire de profiter parce qu’il me reste demain et après-demain et samedi c’est le retour à Genève.

On a eu des grosses vagues la semaine passée, cette semaine depuis hier il y a 60cm, donc ce n’est vraiment pas grand-chose mais ça permet quand même de s’amuser, de rigoler un petit peu.

Voilà je vais gentiment finir cette vidéo, je vais vous laisser avec une vue derrière moi et puis de toute façon on se revoit tout bientôt, je vais gentiment m’arrêter là.

J’espère que cette vidéo vous a plu, elle était un petit peu longue, elle partait un petit peu dans tous les sens et je m’en excuse si ce n’était pas très structuré ou que ça ne vous plaise pas mais c’était improvisé comme je vous l’ai dit tout à l’heure donc ça sort comme ça sort et voilà !

La vidéo se termine, et en attendant la prochaine vidéo, je vous souhaite à toutes et à tous une superbe belle fin de journée et je vous dis à très bientôt !

Profitez et n’oubliez pas de vivre avec passion !

Ciao, ciao

Olivier

Vous avez aimé cette vidéo ? Venez voir celle-ci, je suis sûr qu’elle vous plaira… cette fois c’est pas l’océan derrière mais c’est quand-même la mer et elle est vraiment magnifique…
>>cliquez simplement ici pour la voir tout de suite ! ;-))

10 Des réflexions sur “Mes anciennes habitudes alimentaires

  1. Très intéressante cette vidéo, je n’arrive pas à faire quelque chose d’aussi radical, parce que je ne vis pas seule. Mon compagnon a 78 ans et il aime bien manger avec des amis. C’est pour ça que nous ne faisons pas les jus quand nous sommes dans un groupe, comme nous venons de le faire ces derniers jours, pour un stage. Nous avons mangé comme tout le monde, de la nourriture préparée avec amour, par les gens qui nous recevaient, cuit, avec viande et fromage, plus desserts. Bien sur, ce soir je me sens lourde, je vais reprendre les jus et l’alimentation la plus crue possible, il va falloir plusieurs jours pour revenir à nos habitudes. Je ne peux vraiment pas arriver chez les gens avec mon extracteur de jus et ma cagette de légumes… Comment font les autres ?
    En tous cas merci beaucoup pour ce partage, continues à nous donner des recettes, ça aide bien à mettre en pratique.

    • merci pour ton commentaire c’est gentil..
      je pense que chacun à sa façon de penser et pour ma part je pense que les gens avec qui on aime passer du temps, ce qu’ils veulent c’est nous voir nous, sans forcément nous voir manger. Et ces personnes n’ont en général rien contre pour vous préparer une salade si vraiment ils veulent vous voir manger… Par contre il faut pas attendre d’avoir les pieds sous la table pour le dire… Ce qu’il y a de bien avec les crudivores c’est qu’ils sont pas difficiles, même une carotte ou deux feront l’affaire..même pas besoin de la râper.. ;))
      Après tout le reste c’est en fonction de tes émotions et ce que tu ressens pour toi, ensuite c’est des choix.. personnellement je serai incapable de re manger de la viande ou des produits laitiers, je vois trop de choses défiler dans ma tête par rapport aux animaux mais comme je te dis pour ma part c’est très émotionnel
      Tu n’es pas obligée de prendre ton extracteur chez les gens c’est lourd en plus mais tu leur dis: t’occupe de rien j’emmène ce qu’il faut et tu prépares un bon litre de jus, des sushis et tu fais aussi les yaourts pour le dessert…comme dans mes vidéos, trois petites recettes faciles à préparer et je t’assure que tu vas en transformer plus d’un… voilà c’est juste une idée.. ;-))
      Merci à toi et je te souhaite une très bonne continuation, au plaisir d’avoir de tes nouvelles
      Olivier

  2. C’est un beau parcours ;). Je remarque à quelle point le corps est bien fait, par rapport à « pain » ;), le corps étant habitué à de la merde, il s’habitue mais la santé décline tandis que lorsque tu t’alimentes de façon saine, le moindre aliments acidifiants, ton corps te fait clairement comprendre que c’est pas bon pour toi. L’écoute de son corps est une étape dans ce genre d’alimentation, je pense qu’elle se fait naturellement.

    • oui c’est la clé à mon avis, plus tu es en accord avec ta pensée et que tu agis en fonction de tes émotions et plus les choses deviennent faciles..
      Mais c’est vrai que le pain c’est vraiment une drogue dure.. !! ;))

  3. Merci pour le partage de ton parcours.
    Le mien est fait de hauts et de bas, de retours en arrière pour revenir à fond dans le crudivorisme. J’y étais à 100% un temps, avec aussi cette certitude que rien ne pourrait me faire revenir en arrière.
    Comme toi, la première chose que j’ai faite a été d’acheter un extracteur, je l’emmenai partout lors de mes déplacements ! Puis, prise entre les tentations familiales (j’ai 3 enfants et un mari qui n’entendent pas du tout manger comme moi !) ou sociales (beaucoup de diners entre amis), les doutes m’ont également assaillis (à lire toutes sortes de blogs, on remet parfois tout en question), je suis arrivée à une sorte d’équilibre qui me convient plutôt bien : je mange vivant un maximum. Maintenant, lors d’une invitation ou autre, je ne refuse pas un repas « normal », cela me permet aussi de bien gérer mes frustrations. J’ai surtout arrêté de me dire que tout ce qui était cuit était forcément mauvais pour ma santé, car ça devenait très anxiogène.
    Quant au pain… oui il me fait du mal quand j’en reprends, mais je craque tout de même de temps en temps… puis je paye cher ! 😉
    Au plaisir de te lire, pour info, j’ai découvert ton blog par Aurélien (je suis en pleine conception du mien…)
    Sylvaine

    • hello,
      merci pour ton témoignage c’est vraiment gentil de ta part.. 😉
      C’est vrai que c’est pas toujours facile quand on est à plusieurs, moi je me rends compte
      que quand je mange avec des gens même si j’ai plus envie de cuit mais que je mange ma salade avec beaucoup
      de plaisir, je suis souvent tenté par prendre un morceau de pain car il y a toujours du pain chez tout le monde alors que chez moi j’ai moins ce problème..
      Après pour le reste c’est vraiment mes émotions qui parlent et tout ce qui vient des animaux c’est plus fort que moi mais je peux plus, y’a pas moyen..
      Il faut être en accord avec sois-même et j’arrive plus à être en accord avec moi si je mange quoi que ce soit qui vienne des animaux, du coup je n’ai aucune frustration au niveau alimentaire si ce n’est le pain de temps en temps..
      Super pour ton blog, si tu as des questions tu peux me contacter par mail c’est plus simple mais c’est avec grand plaisir si je peux t’aider,
      A bientôt et merci encore pour ton message.. 😉
      Au plaisir

  4. Merci pour ton témoignage. Tu es authentique et inspirant. Même si à certain moment la certitude d’être sur la bonne voix n’est pas au rendez-vous et que le désir de manger des aliments qui me font du mal vient me chatouiller le cerveau, je sais qu’avec le temps ça va s’estomper.
    PS: J’ai fait la recette de croustille à la graine de lin que j’ai vu je ne sais où sur une de tes vidéo. C’est un délice.
    Louise-Andrée

    • merci beaucoup c’est gentil..ça fait plaisir.. ;))
      ça m’arrive aussi à moi d’avoir des envies de pain ou d’autres choses que je mangeais avant et dans ces cas j’en mange un petit peu pour voir et à chaque fois j’ai l’impression d’avoir des pierres et de l’air dans le ventre du coup plus le temps passe et moins j’en ai envie…je pense que c’est bien de satisfaire ces envies pour ne pas avoir de frustration et craquer par la suite.. par contre tout ce qui vient des animaux ça je ne peux vraiment plus…
      je te souhaite une très bonne continuation.. au plaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*